• Fiches lésionnelles

    Xérostomie

    Définition Sécheresse buccale associée à une diminution voire un arrêt du flux salivaire. Affection fréquente. Étiologies – Facteurs de risque Maladies systémiques : syndrome de Gougerot-Sjögren, réaction du greffon contre l’hôte, sarcoïdose, amylose, lymphomes à localisation salivaire, infections virales (VIH), sclérodermie, granulomatose de Wegener Irradiation cervico-faciale Chimiothérapie Médicaments : anti-cholinergiques, anti-histaminiques, anxiolytiques, anti-dépresseurs, anti-psychotiques, anti-hypertenseurs, diurétiques, anti-parkinsoniens, opioïdes. Diabète de type I ou II Anxiété, dépression Signes cliniques et symptomes Signes d’hyposécrétion salivaire Difficultés à avaler, à parler. Goût altéré Muqueuse buccale rouge et sèche possiblement recouverte par un enduit grisâtre Caries dentaires, essentiellement cervicales Localisation Touche toutes les muqueuses buccales Examens complémentaires Tests salivaires. Test de sialométrie : mesure…

  • Fiches lésionnelles

    Papillome et condylome acuminé

    Définition Lésion tumorale bénigne de la muqueuse buccale, elle est dûe à une infection par le Papillomavirus (HPV). Le plus souvent, ce sont des lésions uniques. Etiologies – Facteurs de risque Papillomavirus VIH Transmission sexuelle Signes cliniques Papillome : Nodule habituellement unique, avec un aspect en chou-fleur Condylome acuminé : Nodules uniques ou multiples avec un aspect en chou-fleur Non douloureuse Surface rugueuse due à des projections papillaires De couleur blanche ou de la même couleur que les tissus périphériques. Consistance dure ou molle selon le degré de kératinisation des papilles Croissance rapide qui s’arrête à 1 cm Localisation Siège surtout sur la langue, le palais et le plancher lingual,…

  • Fiches lésionnelles

    Lymphome de Burkitt

    Définition Tumeur maligne de la lignée B. Etiologies – Facteurs de risque Virus Epstein-Barr. SIDA Prévalence importante en Afrique centrale, surtout chez les enfants. Signes cliniques Tuméfaction dure Perte osseuse Chute des dents Déformation faciale Douleur ou non Localisation Atteint surtout au niveau des os mandibulaires. Diagnostic différentiel Granulome central à cellules géantes Fibrome ossifiant Tumeurs odontogènes Examens complémentaires Examen histopathologique Radiographie Evolution Croissance rapide provoquant une destruction osseuse Traitement Adresser aux médecins spécialistes. Traitement : Chimiothérapie, radiothérapie BIBLIOGRAPHIE Atlas de poche des maladies buccales, Georges Laskaris, Médecine-Sciences, Flammarion, 2006.

  • Fiches lésionnelles

    Lymphome non Hodgkinien

    Définition Tumeur maligne de la lignée lymphoïde. Etiologies – Facteurs de risque – Fréquence Facteurs génétiques et environnementaux :– maladies auto-immunes – immunodépression (VIH, SIDA)– médicaments immunosuppresseurs– virus (EBV)– chimiothérapie, radiothérapie– antécédents familiaux de LNH Signes cliniques Adénopathie Tuméfaction buccale diffuse, sans induration Indolore sauf si ulcérée Localisation Palais, langue (surtout dans sa partie postérieure), gencive, amygdales Diagnostic différentiel Ulcère éosinophilique Sialométaplasie nécrosante Granulomatose de Wegener Granulome malin Tuberculose Carcinome épidermoïde Examens complémentaires Examen histopathologique Immunohistochimie Traitement Contacter le médecin traitant. Le traitement fait appel à la radiothérapie et à la chimiothérapie. BIBLIOGRAPHIE Atlas de poche des maladies buccales, Georges Laskaris, Médecine-Sciences, Flammarion, 2006. https://www.cancer.ca/fr-ca/cancer-information/cancer-type/non-hodgkin-lymphoma/risks/?region=qc

  • Fiches lésionnelles

    Maladie de Hodgkin

    Définition   Tumeur maligne du système lymphatique atteignant les lymphocytes B.Elle touche le plus souvent les individus d’environ 30 ans. Etiologies – Facteurs de risque Inconnue, mais rôle probable du virus Epstein-Barr et d’une immunodépression. Signes cliniques  Tuméfaction indolore Ulcérations buccales Adénopathies, surtout cervicales et supraclaviculaires Altération de l’état général : anorexie, perte de poids, fièvre. Localisation   Cou Diagnostic différentiel   Lymphome non Hodgkinien Tuberculose Mononucléose infectieuse. Examens complémentaires   Examen histopathologique Marqueurs immunologiques Evolution   Pronostic réservé. Traitement  Toute adénopathie cervicale persistante doit être adressée au médecin traitant.Le traitement de la maladie de Hodgkin fait appel à la chimiothérapie et à la radiothérapie. BIBLIOGRAPHIE  Atlas de poche des maladies buccales, Georges Laskaris, Médecine-Sciences,…

  • Fiches lésionnelles

    Sarcome de Kaposi

    Définition Tumeur maligne d’origine endothéliale. Etiologies – Facteurs de risque VIH, SIDA HPV8 Immunodépression, patients transplantés Signes cliniques Nodule ou masse rouge, brun ou bleu foncé Lésions multiples ou solitaires Localisation Palais, gencive, fond du vestibule, langue, lèvres Diagnostic différentiel Epulis inflammatoire Granulome à cellules géantes périphériques Hémangiome Angiosarcome Examens complémentaires Examen histopathologique Evolution Pronostic réservé. Traitement Contacter le médecin généraliste.Le traitement fait appel à des interférons, une radio/chimiothérapie ou une exérèse chirurgicale des petites lésions localisées. BIBLIOGRAPHIE Atlas de poche des maladies buccales, Georges Laskaris, Médecine-Sciences, Flammarion, 2006.

  • Fiches lésionnelles

    Stomatite ulcérative chronique

    Voir l’article GUN Définition Cas particulier de Gingivite Ulcéro-Nécrotique. On parle de Stomatite ulcérative chronique quand la GUN dépasse les limites de la gencive et s’attaque à la muqueuse buccale. Il s’agit en général de la muqueuse en regard des 3e molaires. Plus rarement, la langue, les lèvres ou le palais seront touchés.  Les cas de Stomatite ulcérative chronique n’ont été rapportés que sur des patients infectés par le VIH. BIBLIOGRAPHIE 1. Laskaris G. Color Atlas of Oral Diseases: Diagnosis and Treatment. Thieme; 2017. 710 p

  • Fiches lésionnelles

    NOMA

    Définition Stomatite ulcéreuse gangréneuse destructrice, pouvant mener à des pertes de substance impressionnantes au niveau de la face. Le taux de mortalité est de 70 à 80% en l’absence de prise en charge, et dans les cas de survie, les séquelles esthétiques et fonctionnelles sont majeures. Pathologie retrouvée majoritairement dans la région du Sahel. Il touche le plus souvent des enfants dénutris de moins de 6 ans. Rare chez l’adulte sauf lors d’un contexte d’immunodépression particulier : VIH, Tuberculose, Cancer, Leucémie. Etiologies – Facteurs de risque Origine infectieuse et bactérienne . Le NOMA trouve son origine dans l’interaction entre les troubles immunitaires, la malnutrition et les infections virales. Bactéries impliquées…

  • Fiches lésionnelles

    Gingivite Ulcéro-Nécrotique (GUN)

    Définition Ulcération et nécrose douloureuse des papilles inter-dentaires et de la gencive libre. Les bactéries parodonto-pathogènes anaérobies sont fortement impliquées. Etiologies – Facteurs de risque – Fréquence Pas d’étiologie précise décrite Rôle important des bactéries anaérobies telles que Fusobacterium nucleatum et Treponema vincentii Facteurs de risque : Manque d’hygiène bucco-dentaire, tabac, alcool, stupéfiants, période de stress émotionnel Les patients immunodéprimés et plus particulièrement les patients porteurs du VIH sont susceptibles de déclencher une GUN. Signes cliniques Gencive rouge-violacée, oedémateuse et très douloureuse Nécrose des papilles interdentaires Brutal ou progressif Localisé ou généralisé Saignements spontanés Halitose Hypersalivation Adénopathies sous-mandibulaires et fièvre fréquentes Localisation Gencive marginale et papilles inter-dentaires. Diagnostic différentiel Primo-infection…

Ce site est destiné aux professionnels de santé.