• Fiches lésionnelles

    Carcinome muco-épidermoïde

    Définition Tumeur maligne touchant les glandes salivaires principales et accessoires. Etiologies Radiothérapie à faible dose utilisée dans le traitement de problèmes bénins de la sphère oro-faciale. Signes cliniques Masse ou tuméfaction Ovoïde ou non délimitée souvent ulcérée Fluctuante, ferme à la palpation Rose ou rouge quand c’est une glande principale qui est touchée Violacée à bleutée quand une glande accessoire est atteinte se développe sans tendance à la limitation développement de kystes à l’intérieur de la tumeur, avec exsudat Localisation Palais Langue Lèvres Zone rétromolaire Diagnostic différentiel Adénome pléomorphe Muccocèle Sialométaplasie nécrosante Autres tumeurs malignes Examens complémentaires En cas de suspicion d’une lésion maligne, on préfèrera orienter rapidement le patient…

  • Fiches lésionnelles

    Carcinome verruqueux

    Définition Anciennement appelé papillomatose orale floride, il s’agit d’un carcinome épidermoïde très différencié rencontré sur la peau et les muqueuses. C’est une prolifération de l’épithélium ordonnée en projections papillaires exophytiques (qui prolifèrent à l’extérieur) Étiologies – Facteurs de risque Tabac Tabac à chiquer Papillomavirus (HPV) Signes cliniques Plaque ou nappe étendue plus ou moins épaisse Couleur dépendant du niveau de kératinisation (du rouge au blanc-gris) Aspect rugueux à la palpation. Pas d’induration. Limites nettes, mais muqueuse voisine anormale : kératinisée, atrophique ou hyperplasique Localisation Siège principal : plancher de la langue et fond du vestibule. Mais peut toucher toutes les muqueuses. Diagnostic différentiel Kératose tabagique Kératose congénitale Lichen plan Candidose…

  • Fiches lésionnelles

    Carcinome épidermoïde

    Définition Tumeur maligne de la muqueuse buccale. Ce type de carcinome est le plus fréquent pour les épithéliums non exposés au soleil. Représente 90% des cancers buccaux, 3 à 5% de l’ensemble des cancers. Sur les zones exposées telles que les lèvres, le plus commun sera le carcinome baso-cellulaire. Etiologies – Facteurs de risque Tabac, alcool, stupéfiants Défaut d’hygiène bucco-dentaire Irritations chroniques Infections à Candida Virus oncogènes Carences alimentaires, déficit en fer Certains états inflammatoires chroniques muqueux tel que le lichen érosif peuvent évoluer vers le carcinome épidermoïde. Dans un contexte tabagique, il fera souvent suite à une lésion pré-cancéreuse de type leucoplasie, lésion blanchâtre bien limitée, asymptomatique, adhérente. Retrouvé…

  • Fiches lésionnelles

    Lichen évolutif verruqueux

    Définition Aussi appelé lichen plan hyperkératosique, il s’agit d’une dermatose cutanéo-muqueuse inflammatoire. Étiologies – Facteurs de risque Etiologies du lichen plan buccal :– Maladies associées : hépatopathies chroniques, papillomavirus (HPV)– Réaction du greffon contre l’hôte– Médicaments : antipaludéens, AINS, antihypertenseurs, diurétiques, B-bloquants, antidiabétiques oraux, antiviraux…– Contact avec certains matériaux dentaires– Habitudes de vie : tabac, alcool La forme verruqueuse, hyperkératosique, ou hyperplasique est plus fréquente chez le fumeur. Signes cliniques Lésions blanches d’épaisseur régulière, assez lisse.On parle de lichen plan verruqueux quand la couche de kératose est très épaisse, avec une surface irrégulière, rugueuse Localisation Souvent face interne des joues ou face dorsale de la langue mais peut toucher toutes…

  • Fiches lésionnelles

    Fibrose sous-muqueuse

    Définition Affection de la muqueuse buccale que l’on qualifie de condition pré-cancéreuse. On la retrouve presque exclusivement chez des populations indiennes ou asiatiques chez des patients de 20 à 40 ans. En Inde, on a la présence de fibrose sous-muqueuse dans près de la moitié des cancers oraux. Etiologies – Facteurs de risque Consommation de bétel et de tabac à chiquer Déficit en vitamine B Alimentation épicée Signes cliniques Sensation de brûlure intense Formation de vésicules, transformation rapide en ulcérations Hypo- ou hyper-salivation Atrophie de la muqueuse, perte d’élasticité, dépapillation de la langue LOB, dysphagie Localisation Muqueuse buccale (palais surtout) Pharynx Oesophage Diagnostic différentiel Sclérodermie Syndrome de Plummer-Vinson Anémie pernicieuse…

  • Fiches lésionnelles

    Tuberculose

    Définition Les ulcérations tuberculeuses sont des lésions buccales associées à la tuberculose, une maladie d’origine bactérienne causée par Mycobacterium tuberculosis.   Etiologie – Facteurs de risque Infection par la bactérie Mycobacterium tuberculosis (= bacille de Koch) Facteurs de risque : Hommes de 40-60 ans. Alcoolo-tabagisme Immunodépression Mauvais état bucco-dentaire Signes cliniques Douleur Fièvre Dysphagie Tuméfaction des glandes parotides et submandibulaires (uni ou bilatérale) possible Ulcération unique (parfois multiple), indurée, de taille variable (de quelques mm à 4cm), de forme irrégulière, à fond granuleux gris jaunâtre et à bords décollés, chronique, qui ne guérit pas Autre signe potentiel : gomme tuberculeuse sur la langue (exceptionnelle). Il s’agit d’un nodule qui résulte d’une…

  • Fiches lésionnelles

    Lichen évolutif érosif

    Définition Dermatose cutanéo-muqueuse inflammatoire, bénigne mais chronique très fréquente. Atteint surtout les femmes entre 30 et 60 ans. Exceptionnel chez l’enfant.Souvent associé à un diabète et une hypertension artérielle. Origine auto-immune de cause inconnue : réaction cytotoxique des lymphocytes T  contre les kératinocytes épithéliaux. Étiologies possibles :– Maladies associées : hépatopathies chroniques, papillomavirus (HPV)– Réaction du greffon contre l’hôte– Médicaments : antipaludéens, AINS, antihypertenseurs, diurétiques, B-bloquants, antidiabétiques oraux, antiviraux…– Contact avec certains matériaux dentaires (amalgame, nickel, or…)– Habitudes de vie : tabac, alcool Signes cliniques Érosions et zones de desquamation de taille variable, de forme irrégulière, à bords plats, dont le fond est recouvert d’un enduit fibrineux jaunâtre. Aréole érythémateuse plus ou…

  • Fiches lésionnelles

    Lichen plan buccal

    Définition Dermatose cutanéo-muqueuse inflammatoire, bénigne mais chronique très fréquente. Atteint surtout les femmes entre 30 et 60 ans. Exceptionnel chez l’enfant. Origine auto-immune de cause inconnue : réaction cytotoxique des lymphocytes T  contre les kératinocytes épithéliaux. Étiologies – Facteurs de risque Maladies associées : hépatopathies chroniques, papillomavirus (HPV) Réaction du greffon contre l’hôte Médicaments : antipaludéens, AINS, antihypertenseurs, diurétiques, B-bloquants, antidiabétiques oraux, antiviraux… Contact avec certains matériaux dentaires Habitudes de vie : tabac, alcool Signes cliniques Lésions blanches papuleuses d’aspects cliniques variés : en pointillé : LPB récent réticulé, en anneaux : LPB moins récent, durable, habituel (de quelques mois à quelques années) dendritique, en feuille de fougère : LPB ancien  en plaque : LPB…

  • Fiches lésionnelles

    Gingivite Ulcéro-Nécrotique (GUN)

    Définition Ulcération et nécrose douloureuse des papilles inter-dentaires et de la gencive libre. Les bactéries parodonto-pathogènes anaérobies sont fortement impliquées. Etiologies – Facteurs de risque – Fréquence Pas d’étiologie précise décrite Rôle important des bactéries anaérobies telles que Fusobacterium nucleatum et Treponema vincentii Facteurs de risque : Manque d’hygiène bucco-dentaire, tabac, alcool, stupéfiants, période de stress émotionnel Les patients immunodéprimés et plus particulièrement les patients porteurs du VIH sont susceptibles de déclencher une GUN. Signes cliniques Gencive rouge-violacée, oedémateuse et très douloureuse Nécrose des papilles interdentaires Brutal ou progressif Localisé ou généralisé Saignements spontanés Halitose Hypersalivation Adénopathies sous-mandibulaires et fièvre fréquentes Localisation Gencive marginale et papilles inter-dentaires. Diagnostic différentiel Primo-infection…

  • Fiches lésionnelles

    Sialométaplasie nécrosante

    Définition Lésion inflammatoire bénigne des glandes salivaires Etiologies – Facteurs de risque Les patients atteints ont le plus souvent autour de 40-50 ans et l’on trouve plus d’hommes que de femmes.                                                                              La pathogénèse est peu connue mais l’on pense qu’une nécrose ischémique des lobules des glandes salivaires peut être à l’origine de la pathologie.      Les facteurs de risque sont ceux pouvant provoquer une ischémie : un traumatisme, l’injection de produit…

Ce site est destiné aux professionnels de santé.