• Fiches lésionnelles

    Xérostomie

    Définition Sécheresse buccale associée à une diminution voire un arrêt du flux salivaire. Affection fréquente. Étiologies – Facteurs de risque Maladies systémiques : syndrome de Gougerot-Sjögren, réaction du greffon contre l’hôte, sarcoïdose, amylose, lymphomes à localisation salivaire, infections virales (VIH), sclérodermie, granulomatose de Wegener Irradiation cervico-faciale Chimiothérapie Médicaments : anti-cholinergiques, anti-histaminiques, anxiolytiques, anti-dépresseurs, anti-psychotiques, anti-hypertenseurs, diurétiques, anti-parkinsoniens, opioïdes. Diabète de type I ou II Anxiété, dépression Signes cliniques et symptomes Signes d’hyposécrétion salivaire Difficultés à avaler, à parler. Goût altéré Muqueuse buccale rouge et sèche possiblement recouverte par un enduit grisâtre Caries dentaires, essentiellement cervicales Localisation Touche toutes les muqueuses buccales Examens complémentaires Tests salivaires. Test de sialométrie : mesure…

  • Fiches lésionnelles

    Lichen évolutif verruqueux

    Définition Aussi appelé lichen plan hyperkératosique, il s’agit d’une dermatose cutanéo-muqueuse inflammatoire. Étiologies – Facteurs de risque Etiologies du lichen plan buccal :– Maladies associées : hépatopathies chroniques, papillomavirus (HPV)– Réaction du greffon contre l’hôte– Médicaments : antipaludéens, AINS, antihypertenseurs, diurétiques, B-bloquants, antidiabétiques oraux, antiviraux…– Contact avec certains matériaux dentaires– Habitudes de vie : tabac, alcool La forme verruqueuse, hyperkératosique, ou hyperplasique est plus fréquente chez le fumeur. Signes cliniques Lésions blanches d’épaisseur régulière, assez lisse.On parle de lichen plan verruqueux quand la couche de kératose est très épaisse, avec une surface irrégulière, rugueuse Localisation Souvent face interne des joues ou face dorsale de la langue mais peut toucher toutes…

  • Fiches lésionnelles

    Stomatite ulcérative chronique

    Voir l’article GUN Définition Cas particulier de Gingivite Ulcéro-Nécrotique. On parle de Stomatite ulcérative chronique quand la GUN dépasse les limites de la gencive et s’attaque à la muqueuse buccale. Il s’agit en général de la muqueuse en regard des 3e molaires. Plus rarement, la langue, les lèvres ou le palais seront touchés.  Les cas de Stomatite ulcérative chronique n’ont été rapportés que sur des patients infectés par le VIH. BIBLIOGRAPHIE 1. Laskaris G. Color Atlas of Oral Diseases: Diagnosis and Treatment. Thieme; 2017. 710 p

  • Fiches lésionnelles

    Lichen évolutif érosif

    Définition Dermatose cutanéo-muqueuse inflammatoire, bénigne mais chronique très fréquente. Atteint surtout les femmes entre 30 et 60 ans. Exceptionnel chez l’enfant.Souvent associé à un diabète et une hypertension artérielle. Origine auto-immune de cause inconnue : réaction cytotoxique des lymphocytes T  contre les kératinocytes épithéliaux. Étiologies possibles :– Maladies associées : hépatopathies chroniques, papillomavirus (HPV)– Réaction du greffon contre l’hôte– Médicaments : antipaludéens, AINS, antihypertenseurs, diurétiques, B-bloquants, antidiabétiques oraux, antiviraux…– Contact avec certains matériaux dentaires (amalgame, nickel, or…)– Habitudes de vie : tabac, alcool Signes cliniques Érosions et zones de desquamation de taille variable, de forme irrégulière, à bords plats, dont le fond est recouvert d’un enduit fibrineux jaunâtre. Aréole érythémateuse plus ou…

  • Fiches lésionnelles

    Lichen plan buccal

    Définition Dermatose cutanéo-muqueuse inflammatoire, bénigne mais chronique très fréquente. Atteint surtout les femmes entre 30 et 60 ans. Exceptionnel chez l’enfant. Origine auto-immune de cause inconnue : réaction cytotoxique des lymphocytes T  contre les kératinocytes épithéliaux. Étiologies – Facteurs de risque Maladies associées : hépatopathies chroniques, papillomavirus (HPV) Réaction du greffon contre l’hôte Médicaments : antipaludéens, AINS, antihypertenseurs, diurétiques, B-bloquants, antidiabétiques oraux, antiviraux… Contact avec certains matériaux dentaires Habitudes de vie : tabac, alcool Signes cliniques Lésions blanches papuleuses d’aspects cliniques variés : en pointillé : LPB récent réticulé, en anneaux : LPB moins récent, durable, habituel (de quelques mois à quelques années) dendritique, en feuille de fougère : LPB ancien  en plaque : LPB…

  • Fiches lésionnelles

    Gingivite Ulcéro-Nécrotique (GUN)

    Définition Ulcération et nécrose douloureuse des papilles inter-dentaires et de la gencive libre. Les bactéries parodonto-pathogènes anaérobies sont fortement impliquées. Etiologies – Facteurs de risque – Fréquence Pas d’étiologie précise décrite Rôle important des bactéries anaérobies telles que Fusobacterium nucleatum et Treponema vincentii Facteurs de risque : Manque d’hygiène bucco-dentaire, tabac, alcool, stupéfiants, période de stress émotionnel Les patients immunodéprimés et plus particulièrement les patients porteurs du VIH sont susceptibles de déclencher une GUN. Signes cliniques Gencive rouge-violacée, oedémateuse et très douloureuse Nécrose des papilles interdentaires Brutal ou progressif Localisé ou généralisé Saignements spontanés Halitose Hypersalivation Adénopathies sous-mandibulaires et fièvre fréquentes Localisation Gencive marginale et papilles inter-dentaires. Diagnostic différentiel Primo-infection…

Ce site est destiné aux professionnels de santé.