• Fiches lésionnelles

    Paralysie faciale a frigore

    Définition Aussi appelée Paralysie faciale idiopathique. C’est la paralysie faciale la plus fréquente. Elle est caractérisée par une paralysie brutale et unilatérale l’ensemble des muscles du visage. Etiologies – Facteurs de risque Neuropathie œdémateuse :– ischémie d’une artère sur le trajet du nerf créant un œdème réactionnel et une compression nerveuse– inflammation virale Paralysie faciale de la femme enceinte, au cours des 8 et 9e mois, d’origine hormonale Au cours de la Polyarthrite aiguë, accompagné de céphalée et de fièvre Signes cliniques Paralysie faciale à début brusque, constatée le matin au réveil complète ou non. Unilatérale Affaissement global et asymétrie statique Chute de la commissure labiale Effacement des réflexes de…

  • Fiches lésionnelles

    Épulis fissuraire

    Définition Pseudo-tumeur inflammatoire chronique caractérisée par une hyperplasie du tissu conjonctif fibreux. Etiologies – Facteurs de risque Traumatismes Irritations chroniques, notamment liées à une prothèse mal adaptée. Signes cliniques Un ou plusieurs replis allongés de la muqueuse buccale Lésions flottantes Souvent ulcérées à la base du/des replis. Localisation Gencive marginale, papille interdentaire, gencive adhérente ( plus rarement). L’épulis fissuraire est principalement situé au niveau du sillon gingivolabial ou du sillon gingivojugal. Diagnostic différentiel Neurofibromatose Fibrome Polype fibro-épithélial Carcinome épidermoïde Examens complémentaires Non nécessaire. Le diagnostic est clinique. Evolution Pas de potentiel dégénératif. Traitement Exérèse chirurgicale puis réalisation d’une nouvelle prothèse.L’épulis retiré doit être envoyé en anatomopathologie pour analyse. BIBLIOGRAPHIE Atlas…

  • Fiches lésionnelles

    Glycogénose de type 1b

    Définition Mutation génétique rare touchant au système de régulation de la glycémie. Dans le sous-type b s’ajoute une neutropénie avec une atteinte fonctionnelle des neutrophiles responsables d’une tendance aux infections, de gingivostomatites aphteuses récidivantes et d’une maladie intestinale inflammatoire. Signes cliniques Susceptibilité accrue à la maladie parodontale Ulcérations aphtoïdes récurrentes de taille variable, aux bords surélevés Localisation Pas de localisation élective Diagnostic différentiel Désordres hématologiques Diabète Syndrome de Papillon-Lefebvre Hypophosphatasie Examens complémentaires Bilan sanguin et bilan lipidique. Une biopsie hépatique est nécessaire pour établir un diagnostic formel. Traitement Orienter le patient vers son médecin traitant. Au niveau bucco-dentaire, le traitement comprend : Enseignement des techniques d’hygiène bucco-dentaire Suivi parodontal, traitement…

  • Fiches lésionnelles

    Epulis

    Définition Tumeur chronique bénigne de la gencive qui se forme suite à une perturbation hormonale ou une irritation chronique locale. Il en existe différentes formes : inflammatoire, à cellules géantes (mesure 4 à 5cm), fibreuse, gravidique, granulomateuse… Etiologies – Facteurs de risque – Fréquence Modification hormonale (grossesse) Favorisé par une hygiène bucco-dentaire défaillante Traumatismes et irritations chroniques Signes cliniques Masse rouge foncé très vascularisée Forme un nodule +/- lobulé. Aspect possible en sablier : un lobe vestibulaire + un lobe palatin/lingual. Saigne souvent au contact Ferme à la palpation Indolore Localisation Gencive Diagnostic différentiel Granulome à cellules géantes Evolution Peut régresser spontanément en fin de grossesse (pour les épulis gravidiques).…

  • Fiches lésionnelles

    Amylose

    Définition Trouble métabolique rare caractérisé par un dépôt anormal d’amyloïde.Touche surtout les sujets de plus de 50 ans. Etiologies – Facteurs de risque Dans certains cas, l’origine est une mutation génétique héréditaire. Elle est souvent liée à un myélome multiple.Dans les autres cas, elle est souvent associée à :– une maladie infectieuse ou inflammatoire affaiblissant le sujet– une longue dialyse Signes cliniques Nodules multiples, symétriques ou unilatéraux Couleur : rouge foncé Autres signes concomitants : pétéchies, d’ecchymose, de macroglossie, d’ulcères, de bulles, d’une xérostomie, d’atteinte des glandes salivaires. Atteinte cutanée et systémique fréquente. Localisation Lèvres, langue, plancher de la langue Diagnostic différentiel Sarcome de Kaposi Maladie de Crohn Sarcoïdose Neurofibromatose…

  • Fiches lésionnelles

    Granulomatose de Wegener

    Définition Maladie auto-immune entraînant une inflammation des petits vaisseaux sanguins. L’inflammation produit un épaississement des parois vasculaires, conduisant à une ischémie et une nécrose tissulaire. Les voies respiratoires et les reins sont les organes les plus atteints. On a des manifestations orales dans 5 à 10% des cas, celles-ci pouvant être les premiers signes de la maladie. Etiologies – Facteurs de risque Terrain génétique prédisposant Eléments déclencheurs environnementaux ou infectieux La maladie peut se déclarer à tout âge, la moyenne se situant autour de 40-50 ans. Il existe une légère prédominance masculine. Signes cliniques Papules érythémateuses de la gencive Nécrose muqueuse Ulcérations muqueuses Hyperplasie et hyperémie des gencives, saignement au…

  • Fiches lésionnelles

    Maladie de Crohn

    Définition Maladie inflammatoire chronique de l’appareil digestif. Etiologies – Facteurs de risque Touche plus souvent les femmes. Se déclare généralement chez des patients jeunes. Étiologie méconnue. La pathogenèse implique une réponse auto-immune à l’égard du microbiote intestinal. Le système immunitaire s’attaque aux parois du tube digestif. N’importe quelle portion de celui-ci peut être touchée. Facteurs favorisants : prédispositions génétiques facteurs environnementaux le tabac en particulier est un facteur aggravant Signes cliniques Nodules surélevés pouvant s’ulcérer, donnant un aspect pavimenteux de la muqueuse buccale Aphtose récurrente. Les aphtes peuvent ressembler à des aphtes communs ou géants Association à des lésions non spécifiques : tuméfaction labiale granulomateuse, chéilite angulaire, tuméfaction gingivale, ulcérations…

  • Fiches lésionnelles

    Sarcoïdose

    Définition Aussi appelée maladie de Besnier-Boeck-Schaumann, il s’agit d’une maladie granulomateuse systémique affectant les poumons, les ganglions lymphatiques, la rate, le foie, le système nerveux central, les os, les glandes salivaires, et la muqueuse buccale. Etiologies – Facteurs de risque – Fréquence Elle est due à un dérèglement du système immunitaire, mais les causes du dérèglement sont inconnues. Signes cliniques Signes respiratoires et généraux Tuméfaction labiale Nodules rouges, violacés sur la muqueuse avec ulcération ou non Consistance ferme Localisation Lèvres, palaisLésions cutanées possibles sur le visage, l’abdomen, les membres, les épaules. Diagnostics différentiels Tuberculose Granulomatoses systémiques Examens complémentaires Biopsie des glandes salivaires accessoires Evolution Par poussées. Peut régresser en laissant…

  • Fiches lésionnelles

    Hypertrophie des papilles fongiformes

    Définition Variation anatomique des papilles causée par une agression de la langue. Les papilles fongiformes sont situées sur la partie antérieure du dos de la langue. Etiologies – Facteurs de risque alcool tabac consommation d’épices aliments trop chauds blessures mécaniques (friction, dents usées tranchantes) Signes cliniques Petits nodules rouges, inflammatoires sensation de brûlure douleur modérée Localisation Partie antérieure du dos de la langue. Traitement Suppression des facteurs déclenchants. BIBLIOGRAPHIE 1. Laskaris G. Color Atlas of Oral Diseases: Diagnosis and Treatment. Thieme; 2017. 710 p. 2. Vigarios E, de Bataille C, Boulanger M, Fricain J-C, Sibaud V. Variations physiologiques de la langue. Ann Dermatol Vénéréologie. 1 oct 2015;142(10):583 92.

  • Fiches lésionnelles

    Lithiase salivaire

    Définition Atteinte calculeuse d’une glande salivaire (parotide, sous mandibulaire, sub-linguale).La glande sous mandibulaire est la plus souvent touchée. Etiologies – Facteurs de risque Étiologie mécanique : hernie ou colique du canal salivaire Étiologie inflammatoire : Whartonite, péri-whartonite, sous maxillite, péri-sous maxillite Signes cliniques Tuméfaction brutale unilatérale et douloureuse au cours d’un repas Dysphagie, fièvre possible Écoulement possible de pus par l’ostium Trismus possible Le diagnostic se fait par : – l’observation de l’écoulement salivaire par l’ostium (débit, couleur de la salive), – la palpation : suivre le trajet du canal à la recherche d’un calcul– la radiographie : une radio occlusale antérieure et une radio occlusale postérieure. Localisation Plancher buccal,…

Ce site est destiné aux professionnels de santé.