• Fiches lésionnelles

    Granulome à cellules géantes périphérique

    Description Lésion nodulaire pseudo-tumorale peu fréquente des os maxillaires et mandibulaire. Ne touche aucun autre os du corps que les maxillaires. Il existe 2 formes de granulome à cellules géantes : Granulome à cellules géantes centro-osseux (GCGC) : siège dans la partie profonde de l’os. Il est visible sur la radiographie. Il est lui-même subdivisé en formes agressive et non-agressive. Granulome à cellules géantes périphériques (GCGP) : siège à la surface de l’os alvéolaire. Il n’est pas visible sur la radiographie. Le GCGP est plus fréquente que GCGC. Etiologie – Facteurs de risque Irritation Traumatisme buccal Touche plus souvent les femmes. Signes cliniques Nodule de la gencive marginale asymptomatique aspect…

  • Fiches lésionnelles

    Ulcération induite par des médicaments

    Définition Certains médicaments utilisés au long court sont à l’origine d’ulcérations de la muqueuse buccale. Par exemple : Méthotrexate, immunosuppresseurs. Signes cliniques Muqueuse érythémateuse Érosions ou ulcérations Douloureuses Les lésions apparaissent quelques semaines après le début du traitement. Localisation Langue et lèvres le plus souvent Peut toucher toute partie la muqueuse buccale Diagnostic différentiel Stomatite médicamenteuse Ulcère traumatique Brûlure thermique ou chimique Traitement On cherche à identifier le médicament en cause. Si possible, se rapprocher du médecin traitant pour mettre en place un traitement substitutif. BIBLIOGRAPHIE Laskaris G. Color Atlas of Oral Diseases: Diagnosis and Treatment. Thieme; 2017. 710 p. 

  • Fiches lésionnelles

    Lentigo et Éphélides

    Définition Maladies pigmentaires buccales liées à une augmentation du nombre de mélanocytes épidermiques (lentigo) et de la production de mélanine (éphélides).Les éphélides sont les tâches de rousseur de la peau exposée au soleil. Étiologies – Facteurs de risque Lentigo : augmentation du nombre de mélanocytes épidermiques Éphélides : augmentation de la production de mélanine Exposition au soleil Signes cliniques Tâches plates, arrondies Couleur : brun, noir Diamètre : inférieur à 0.5 cm Localisation Lèvre inférieure, palais Diagnostic différentiel Naevus pigmenté Mélanome Examens complémentaires Examen histopathologique Evolution Bénin, pas de risque de dérive maligne. Traitement Aucun traitement. BIBLIOGRAPHIE Atlas de poche des maladies buccales, Georges Laskaris, Médecine-Sciences, Flammarion, 2006.   Pathologie…

  • Fiches lésionnelles

    Maladie d’Addison

    Définition Il s’agit d’une insuffisance surrénalienne avec un déficit hormonal en corticoïdes surrénaliens. C’est une maladie assez rare mais dont les lésions buccales sont fréquentes et précoces. Etiologies – Facteurs de risque Anomalie et/ou dérèglement du cortex surrénalien Signes cliniques Hyper production de mélanine Pigmentation buccale diffuse ou en plaque Couleur : marron Sécheresse buccale Localisation Intérieur des joues, palais, lèvres, gencive. Diagnostic différentiel Pigmentation d’origine médicamenteuse Examens complémentaires Dosage de l’ACTH et de la cortisone. Traitement Voir avec le médecin traitant. Le traitement est une corticothérapie de substitution. BIBLIOGRAPHIE Atlas de poche des maladies buccales, Georges Laskaris, Médecine-Sciences, Flammarion, 2006.   Pathologie de la muqueuse buccale, H. Szpirglas et…

  • Fiches lésionnelles

    Chéilite actinique

    Définition Trouble dégénératif chronique de la lèvre inférieure. C’est une lésion précancéreuse. Etiologies – Facteurs de risque Exposition prolongée au soleil Homme de plus 40 ans travaillant en extérieur et exposé aux ultraviolets solaires en permanence Signes cliniques Desquamation de la lèvre inférieure. L’épithélium s’atrophie et devient lisse Forme chornique : hyperkératose avec desquamation et fissures Forme aiguë : érythème labial avec œdème et vésicules puis croûtes Localisation Lèvre inférieure Diagnostic différentiel Leucoplasie Lichen plan Lupus érythémateux Carcinome épidermoïde Examens complémentaires Examen histopathologique Evolution L’évolution peut être aggravée par le tabac et/ou une mauvaise hygiène bucco-dentaire. La lésion peut dégénérer en carcinome épidermoïde. Traitement Prophylaxie : protection solaire, application régulière…

  • Fiches lésionnelles

    Améloblastome

    Définition La plus fréquente des tumeurs odontogènes. C’est une tumeur bénigne dérivant des améloblastes. Touche principalement la mandibule chez des sujets âgés de 15 à 30 ans. Elle peut être localement agressive car elle ne connait pas de limitation. Elle a un haut potentiel de dérive maligne. Signes cliniques Départ endo-osseux, puis croissance progressive allant jusqu’à dépasser des corticales douleur mobilité dentaire à un stade avancé, masse bourgeonnante ulcérative dans la cavité buccale fracture spontanée possible RADIOLOGIQUEMENT : image lacunaire uni ou multiloculaire à contours nets Localisation Os maxillaire ou mandibulaire Diagnostic différentiel Autres tumeurs bénignes odontogènes Examens complémentaires CBCT Le diagnostic formel ne peut être posé qu’après analyse histo-pathologique…

  • Fiches lésionnelles

    Stomatite médicamenteuse

    Définition Une multitude de médicaments peuvent créer des réaction d’hypersensibilité de la muqueuse buccale : antibiotiques, antipyrétiques, anti-inflammatoires, sulfonamides, barbituriques, … Signes cliniques Manifestations cliniques variées : érythème diffus purpura vésicules ou bulles érosions ulcérations langue dépapillée rouge et douloureuse Les lésions apparaissent peu après l’administration du médicament. Localisation Pas de localisation élective Diagnostic différentiel Maladies bulleuses Lichen plan érosif ou bulleux Traitement Les lésions disparaissent spontanément à l’arrêt du traitement. On cherche à identifier le médicament en cause. Si possible, se rapprocher du médecin traitant pour mettre en place un traitement substitutif. Sinon des anti-histaminiques ou des stéroïdes à faible dose pourront être prescrits. BIBLIOGRAPHIE Laskaris G. Color Atlas…

  • Fiches lésionnelles

    Nécrose palatine due à l’injection

    Définition Une nécrose du palais dur pouvant se produire suite à l’injection en force d’anesthésiant. L’injection rapide, qui plus est avec un produit contenant des vasoconstricteurs, peut conduire à une ischémie puis une nécrose des tissus. Le palais est tout spécialement touché car seule une fine couche de muqueuse est adhérente à l’os, il n’y a pas de tissu conjonctif lâche. Signes cliniques Ulcération arrondie De quelques millimètres de diamètre Diagnostic différentiel Sialométaplasie nécrosante Ulcères d’origine traumatique Traitement Pas de traitement requis, guérison spontanée en 2 semaines environ. BIBLIOGRAPHIE Laskaris G. Color Atlas of Oral Diseases: Diagnosis and Treatment. Thieme; 2017. 710 p.