Carcinome épidermoïde



Définition

Tumeur maligne de la muqueuse buccale. Ce type de carcinome est le plus fréquent pour les épithéliums non exposés au soleil.

Représente 90% des cancers buccaux, 3 à 5% de l’ensemble des cancers.

Sur les zones exposées telles que les lèvres, le plus commun sera le carcinome baso-cellulaire.

Carcinome baso-cellulaire

Etiologies – Facteurs de risque

  • Tabac, alcool, stupéfiants
  • Défaut d’hygiène bucco-dentaire
  • Irritations chroniques
  • Infections à Candida
  • Virus oncogènes
  • Carences alimentaires, déficit en fer

Certains états inflammatoires chroniques muqueux tel que le lichen érosif peuvent évoluer vers le carcinome épidermoïde.

Dans un contexte tabagique, il fera souvent suite à une lésion pré-cancéreuse de type leucoplasie, lésion blanchâtre bien limitée, asymptomatique, adhérente.

Retrouvé plus fréquemment dans la population masculine (2/1) et chez les individus de plus de 40 ans.


Signes cliniques

La lésion débutante peut prendre divers aspects :

  • Érosion/ulcération
  • Lésion blanche
  • Masse/lésion bourgeonnante
  • Lésion parodontale
  • Croûte ( sur les lèvres)
  • Combinaison de ces lésions
  • La lésion débutante est souvent asymptomatique

Les signes importants pour le diagnostic, quelque soit le stade, sont : la chronicité, des bords irréguliers, surélevés, une base indurée.

On retrouve des indicateurs de malignité :

  • Lésion évolutive, invasive
  • Absence de limitation
  • Remaniements kystiques
  • Ulcération et saignements
  • Adénopathies
  • Douleur
  • Anesthésie d’un territoire nerveux
  • Image radiographique de destruction osseuse

Localisation

  • Bords latéraux et face ventrale de la langue
  • Lèvres
  • Plancher buccal
  • Muqueuse buccale
  • Gencives
  • Palais

Diagnostic différentiel

  • Ulcère traumatique ou éosinophile
  • Tuberculose
  • Mycoses systémiques
  • Syphilis
  • Sialométaplasie nécrosante
  • Granulomatose de Wegener
  • Granulome malin
  • Autres types de carcinomes

Examens complémentaires

En cas de suspicion d’une lésion maligne, on préférera orienter rapidement le patient vers un spécialiste qui prendra en charge les examens complémentaires (ORL, Stomatologue, Chirurgien oral ou maxillo-facial).


Traitement

Exérèse chirurgicale, radiothérapie, chimiothérapie ou association de plusieurs de ces thérapeutiques.


BIBLIOGRAPHIE

  1. Atlas de poche des maladies buccales, Georges Laskaris, Médecine-Sciences, Flammarion, 2006.
  2. Clinical outline of Oral Pathology, Lewis R. Eversole, 4e édition, 2011.
  3. La Muqueuse Buccale de la clinique au traitement, Roger Kuffer, Tommaso Lombardi, Corinne Husson-Bui, Bruno Courrier, Jacky Samson, édition Med’Com, 2009.
  4. Oral Pathology, Clinical pathologic correlations, Regezi, Sciubba, Jordan, 7e édition, 2017.
  5. Pathologie de la muqueuse buccale, H. Szpirglas et BS. Lofti, EMC, 1999. 
  6. Carcinome épidermoïde cutané (carcinome spinocellulaire) Recommandations de pratique clinique pour la prise en charge diagnostique et thérapeutique – EM|consulte [Internet]. [cité 22 oct 2019]. Disponible sur: https://www.em-consulte.com/en/article/225769

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est destiné aux professionnels de santé.