NOMA



Définition

Stomatite ulcéreuse gangréneuse destructrice, pouvant mener à des pertes de substance impressionnantes au niveau de la face. Le taux de mortalité est de 70 à 80% en l’absence de prise en charge, et dans les cas de survie, les séquelles esthétiques et fonctionnelles sont majeures.

Pathologie retrouvée majoritairement dans la région du Sahel. Il touche le plus souvent des enfants dénutris de moins de 6 ans. Rare chez l’adulte sauf lors d’un contexte d’immunodépression particulier : VIH, Tuberculose, Cancer, Leucémie.


Etiologies – Facteurs de risque

Origine infectieuse et bactérienne . Le NOMA trouve son origine dans l’interaction entre les troubles immunitaires, la malnutrition et les infections virales.

Bactéries impliquées : Fusobacterium Necrophorum, Prevotella Intermedia (anaérobies)

On note souvent un antécédent d’infection parasitaire (Paludisme) ou virale (Rougeole) dans les 3 mois précédents, causant une fragilité sur le plan immunitaire.


Signes cliniques

2 phases cliniques sont décrites :

1ère phase : Phase aiguë

  • gingivite ulcéreuse douloureuse
  • souvent unilatérale, maxillaire ou mandibulaire
  • évolue en gingivite ulcéro-nécrotique et s’étend à la face.
  • halitose, fièvre, asthénie, anorexie, perte de poids rapide, anémie, diarhée, déshydratation, infection pulmonaire
  • oedème diffus, souvent oedème facial
  • polyadénopathie sous-mandibulaire
  • la nécrose se limite par une croûte noire
  • odeur pestilentielle
  • destruction des tissus mous et durs de la face en quelques heures à quelques jours
  • détersion : chute des tissus nécrotiques laissant un escarre aux berges boursoufflées

2ème phase : Phase séquellaire

  • perte de substance de taille variable
  • touche tous types de tissus de la face
  • constriction permanente des mâchoires fréquente
  • cicatrice fibreuse rétractée

Localisation

Début gingival puis extension pouvant toucher tous les tissus et tous les organes de la face.


Diagnostic différentiel

  • Granulome malin
  • Tuberculose
  • Agranulocytose
  • Leucémies

Examens complémentaires

Aucun


Traitement

En phase aiguë : 

  • Hospitalisation rapide
  • Réhydratation
  • Alimentation hypercalorique
  • Soins locaux de détersion des tissus nécrotiques et pansements
  • Bains de bouche pluri-quotidiens pour diminuer la flore pathogène buccale
  • Antibiothérapie à large spectre couvrant les Gram- anaérobies
  • Si nécessaire, traitement anti-rétroviral anti-VIH
  • Physiothérapie pour lever la constriction des mâchoires

En phase de séquelles :

  • On attend au moins 6 mois après la phase aiguë
  • Réparation de la perte de substance
  • fonctionnelle et esthétique
  • Prothétique et chirurgicale

BIBLIOGRAPHIE

1. Zwetyenga N, See L-A, Szwebel J, Beuste M, Aragou M, Oeuvrard C, et al. Le Noma. Rev Stomatol Chir Maxillo-Faciale Chir Orale. 1 sept 2015;116(4):261 79.

2. Auluck A, Pai KM. Noma: life cycle of a devastating sore – case report and literature review. J Can Dent Assoc. nov 2005;71(10):757.

3. Atlas de poche des maladies buccales, Georges Laskaris, Médecine-Sciences, Flammarion, 2006.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est destiné aux professionnels de santé.