Lichen plan buccal



Définition

Dermatose cutanéo-muqueuse inflammatoire, bénigne mais chronique très fréquente.
Atteint surtout les femmes entre 30 et 60 ans. Exceptionnel chez l’enfant.

Origine auto-immune de cause inconnue : réaction cytotoxique des lymphocytes T  contre les kératinocytes épithéliaux.


Étiologies – Facteurs de risque

  • Maladies associées : hépatopathies chroniques, papillomavirus (HPV)
  • Réaction du greffon contre l’hôte
  • Médicaments : antipaludéens, AINS, antihypertenseurs, diurétiques, B-bloquants, antidiabétiques oraux, antiviraux…
  • Contact avec certains matériaux dentaires
  • Habitudes de vie : tabac, alcool

Signes cliniques

Lésions blanches papuleuses d’aspects cliniques variés :

  • en pointillé : LPB récent
  • réticulé, en anneaux : LPB moins récent, durable, habituel (de quelques mois à quelques années)
  • dendritique, en feuille de fougère : LPB ancien 
  • en plaque : LPB très ancien
  • en nappe : LPB cicatriciel

75% des sujets présentent des lésions cutanées sous formes de papules violacées prurigineuses. On peut aussi trouver une atteinte génitale et œsophagienne.
Majoritairement asymptomatique, la découverte est fortuite.

Autre forme rencontrée : le lichen nigricans. Il s’agit d’une hyperpigmentation inflammatoire formant des tâches brun-noir superposées aux plaques lichénoïdes blanchâtres.


Localisation

Souvent face interne des joues ou face dorsale de la langue mais le LPB peut toucher toutes les muqueuses.


Diagnostics différentiels

  • Leucokératose
  • Candidose
  • Lupus érythémateux
  • Syphilides (lésion de la syphilis)
  • Lignes traumatiques de morsures
  • White sponge naevus

Examens complémentaires

Biopsie


Évolution

Par poussées déclenchées par les émotions fortes ou le stress.
Sur les muqueuses buccales, les lésions peuvent persister durant toute la vie

Risque d’évolution carcinomateuse. 0.8 à 10% des formes dégénèrent.


Traitement

  • Surveiller et rassurer.
  • Instaurer une hygiène bucco-dentaire parfaite et traiter la pathologie générale associée s’il y en a une.
  • Supprimer les irritants locaux (alcool, tabac, amalgames…)
  • Si LPB dû à une réaction contre un greffon : corticothérapie locale (20 à 40mg/j pendant 3 jours) et générale (0.5 à 1mg/kg/j de prednisone pendant 10 jours)
  • Autre traitement : agents immunosuppresseurs.

BIBLIOGRAPHIE

  1. La Muqueuse Buccale de la clinique au traitement, Roger Kuffer, Tommaso Lombardi, Corinne Husson-Bui, Bruno Courrier, Jacky Samson, édition Med’Com, 2009.
  2. Oral Pathology, Clinical pathologic correlations, Regezi, Sciubba, Jordan, 7e édition, 2017.
  3. Pathologie de la muqueuse buccale, Henri Szpiglas et Lofti Ben Slama, EMC 1999.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est destiné aux professionnels de santé.